La laideur des Diables du Tartare

Le sculpteur a donné libre cours à son imagination pour représenter des créatures diaboliques, monstrueuses, tantôt d'un réalisme cru dans leur bestialité, tantôt totalement surréalistes. Tous sont laids, difformes, bossus, méchants et grimaçants. Ils portent des cornes, sont affublés de griffes, de crocs, d'oreilles immenses, parfois de groins ou de machoires prognathes. Ils sont souvent ridés et la tension qui les anime est parfois marquée par les tendons du cou tendus à l'extrême. Voici une sélection des démons qui peuplent le Tartare (2) :


(Survolez les images pour afficher les légendes)

Quatre démons sont ailés, rappelant leur statut d'anges déchus :

Diable bossu

Diable ailé bossu tenant l'évêque simoniaque dans ses rets (registre médian)

Diable ailé

Diable ailé rongeant le cervelet du moine profanateur (écoinçon gauche)

Un démon ailé à tête de lièvre fait rôtir le chasseur et son complice qui tient l'autre bout de la broche déploie son aile vers l'avant (écoinçon droit)


(1) Certains ecclésiastiques sceptiques nous rétorquent qu'il n'y a pas de diables au Purgatoire. Mais au XIIe s., dans les lieux purgatoires du Tartare, si, justement ! Ils y sont et soumettent les éprouvés à la question...
Nos détracteurs semblent ignorer les écrits de saint Bernard (cf. Sermon XLII), et le Purgatoire de saint Patrick. Ils se réfèrent à un dogme fixé bien après que le tympan a été réalisé. Nous leur recommandons de se reporter à la rubrique du débat théologique. pour corriger l'anachronisme. (remonter)

Retour

Page précédente