Le temps de l'espérance née de la première croisade

L'actuelle abbaye de Conques a été construite peu de temps après un événement historique dont on mesure mal de nos jours l'impact psychologique.
Novembre 1095 : Urbain II prêche la croisade à Clermont.
En juillet 1099, à peine trois ans et demi plus tard, les Croisés prennent Jérusalem. La nouvelle soulève alors dans l'ensemble de l'occident chrétien une immense vague d'espérance et prend la valeur d'un signe révélateur d'une Parousie imminente.


Un reliquaire exposé au trésor ecclésiastique de Conques acte cet événement. Daté de 1100, identifié par les inscriptions "PASCALIS II PAPA", " SIT RELIQVAS DE CRVX XPI ET SEPVLCRO"(1) , il contient, selon la tradition, un fragment de la Vraie Croix et un morceau du Tombeau du Christ.
En même temps, Pascal II accorde à Conques un privilège exorbitant du droit commun, à savoir l'obtention d'une bulle élevant sainte Foy au rang d'apôtre dans le canon de la messe ! Ce qui a pour conséquence d'attribuer au pèlerinage à Conques l'équivalence de ceux de Saint-Jacques de Compostelle, de Rome ou de Jérusalem.
Cette commodité contribuera sérieusement à la notoriété et au succès des pèlerinages à la basilique Sainte-Foy de Conques.
On notera la présence, sous les pieds de saint Jean, d'une corbeille de pains, et sous ceux de la mère du Christ, d'un calice. Avec cette représentation manifeste de l'Eucharistie, nous trouvons ici, d'après Darcel, Inspecteur Général des Monuments Historiques, la première représentation du Saint Graal. (2)

C'est alors l'apogée du retentissement de Conques, sous la direction de son abbé Bégon III (1087 - 1107).

Le tympan sera, selon nous édifié plus tard, probablement durant le dernier tiers du XIIe siècle.

Lien entre le tympan et les reliques
Une même perspective eschatologique anime à la fois les reliquaires du trésor ecclésiastique de Conques et les sculptures de son tympan. Conques possède dans le reliquaire dit Lanterne de Bégon des reliques d'Habacuc et de Daniel, deux prophètes qui symbolisent la foi et la résurrection. Les visions apocalyptiques de Daniel sont proches des scènes représentées au tympan : "Tous ceux qui se trouveront inscrits dans le Livre [de Vie seront sauvés]. Un grand nombre de ceux qui dorment au pays de la poussière s'éveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour l'opprobre, pour l'horreur éternelle" (Dn 12 : 1-2). Signalons au passage que Daniel emploie l'expression "Fils de l'Homme" (ben Adam en hébreux ou bar Nasha en araméen) pour évoquer le Messie, expression que Jésus reprendra pour se désigner(3).

 

Page précédente

 

 

 

 

 

Haut de la page

Reliquaire de Pascal

Reliquaire de Pascal Il, Trésor Ecclésiastique de Conques : sous les pieds de Marie, la plus ancienne représentation du Graal. (Survolez l'image pour afficher les légendes) le Calice, première représentation du Saint Graal la corbeille de pain


(1) Pascal II, successeur d'Urbain II en août 1099. Survolez l'image pour afficher le texte des inscriptions et la traduction du vers léonin. (remonter)
(2) Darcel, Alfred, Le trésor de Conques, Annales archéologiques de Didran, Paris (remonter)

(3) Voir à ce sujet ce que Daniel Boyarim écrit sur le Fils de l'Homme dans son essai sur "Le Christ Juif", Coll. Religions Lexio, Cerf, 2019. (remonter)

Page précédente