Les sources d'inspiration : l'Ascension de l'abbaye de Saint-Victor et le Christ de Saint-Georges de Camboulas

Ascension du Christ

La position des mains du Christ de Conques reproduit un geste symbolique que l'on retrouve dans deux œuvres antérieures : sur un des tombeaux de la crypte de l'abbaye Saint-Victor à Marseille et au tympan roman de la chapelle Saint-Georges de Camboulas, perdue dans les gorges du Viaur.

La tradition nous dit que le Christ reviendra sur terre à la fin des Temps "de la même manière" qu'il s'est élevé au ciel lors de son Ascension sur le mont des Oliviers(1). C'est pourquoi il est représenté à Conques main droite levée et main gauche abaissée, dans la position-même de son Ascension, telle qu'elle est représentée sur un bas-relief d'un sarcophage du Ve siècle dans une des cryptes de l'abbaye Saint-Victor.

 

 

L'Ascension du Christ. Tombeau des compagnes de sainte Ursule, chapelle d'Isarn, crypte de l'abbaye Saint-Victor, Marseille
Page précédente

 
Le Christ en majesté du tympan roman de l'église Saint-Georges, à Saint-Georges de Camboulas, près de Pont-de-Salars sur le Lévézou (Aveyron), adopte le même geste significatif.
On notera plusieurs autres similitudes avec le Christ de Conques : mandorle constellée d'étoiles, nimbe crucifère de l'auréole, paludamentum, banderoles tendues par les anges, anges céroféraires, socle du trône incliné (2)
placé au-dessus des ondes divines...
Ce bas-relief visiblement réemployé proviendrait de l'ancienne cathédrale romane de Rodez, détruite en 1276.

 

Saint Geogres de Camboulas

Le Christ en majesté de Saint-Georges de Camboulas, Aveyron

 

Traits communs avec Conques

Le Christ en majesté de Conques : des similitudes frappantes déjà signalées dans le "Rouergue roman" des éditions du Zodiaque en 1963 (p. 56 - 57)


(1) Cf. Actes des Apôtres, 1 : 9-11 (remonter)

(2) Ce socle incliné représente symboliquement le suppedaneum, la planchette soutenant les pieds des crucifiés (remonter)

Page précédente